INFJ ou INFP,
la question éternelle...

Aujourd’hui, parlons de l’une des confusions les plus fréquentes lorsqu’il s’agit d’identifier son type MBTI : la question de savoir si on est INFP ou INFJ.

À l’origine du problème, 3 facteurs principaux :

  • Les questions des tests, parfois trop ambiguës, et qui ne favorisent donc pas un typage correct.

  • Le principe de subjectivité qui intervient lorsque nous répondons à un test, et qui ne reflète pas toujours la réalité objective mais bien notre perception personnelle.

  • Les descriptions des types INFJ et INFP que l’on trouve généralement sur internet.

Attardons-nous sur ce dernier point.

Vous avez remarqué à quel point les portraits-types des INFP et des INFJ se ressemblent ?

Le plus souvent, ils sont décrits comme des personnalités hypersensibles, empathes, réservées, introspectives, idéalistes et la tête dans les nuages.

Franchement, beaucoup de monde pourrait s’y retrouver, non ?

Parfois, heureusement, nous pouvons quand même trouver des descriptions d’un niveau plus avancé, qui tiennent compte par exemple du défi propre à la fonction inférieure de chaque type.

Ça pourrait donner quelque chose comme :

La vie de l’INFJ : vouloir aider tout le monde, mais se sentir complètement épuisé après une conversation de cinq minutes avec une personne.”

La vie de l’INFP : vouloir résoudre les problèmes du monde entier, mais se sentir complètement épuisé après une concentration de cinq minutes sur l’organisation des priorités.

On peut aussi parfois croiser des descriptions qui pointent les travers d’une fonction auxiliaire mal maîtrisée.

Ce qui pourrait donner :

La vie de l’INFJ : vouloir écrire un livre, mais manquer de temps parce qu’il faut d’abord aller chercher sa nièce à l’école, faire des courses pour le voisin malade, et nettoyer la maison pour accueillir dignement les invités qui  arrivent.”

La vie de l’INFP : vouloir écrire un livre, mais ne jamais pouvoir le terminer parce qu’il est tout bonnement impossible de restituer en une seule vie les multiples univers labyrinthiques imaginés dans son esprit.

Oui, là, vous avez déjà de meilleurs indices pour distinguer les deux types.

Mais est-ce suffisant ?

Par exemple, pourriez-vous vous reconnaître à la fois dans la description de l’INFJ et dans celle de l’INFP ?

Si oui, c’est normal. 

Pourquoi ? Vous avez une idée ?

Le problème avec ces descriptions, c’est qu’elles se basent donc sur l’utilisation des fonctions extraverties des deux types.

Autrement dit : sur ce que l’on voit dans le monde extérieur.

Pourtant, pour vraiment saisir l’essence d’un type MBTI, il y a une astuce simple :

Faites en sorte de comprendre son monde intérieur

Vous voulez savoir si vous êtes INFP ou INFJ ?

Alors prenez le temps de vous immerger dans la combinaison des deux fonctions introverties de chaque type, soit Fi + Si pour le type INFP,
et Ni + Ti pour le type INFJ.

Ensuite, voyez ce qui vous correspond le plus.

Le monde extérieur est toujours soumis à des distractions extérieures qui peuvent fausser la donne.

Tandis que votre monde intérieur, c’est votre vérité.
Rien ni personne n’y est invité.
C’est vous avec vous. 

Évidemment, c’est beaucoup plus subtil, forcément beaucoup moins voyant que ce qui est extériorisé.

Mais quand vous captez ça, la confusion entre INFP et INFJ n’est plus possible.

Réfléchissez-y.

Et si vous avez besoin d’une méthode complète pour décrypter votre personnalité, le programme 13 jours pour comprendre votre personnalité sera votre meilleur allié.

Je vous souhaite un agréable weekend,
Fabienne

L’image de la miniature provient de Freepik.

Cet article est un exemple de lettre Moi Mosaïque,
reçue en juillet 2023 par les abonnés.

POUR NE RIEN MANQUER

Recevez les actualités de PsychoPersonnalité par email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

UNE ANALYSE PROFONDE
DE VOTRE PERSONNALITÉ

Vous savez que vous êtes bien plus que ce que vous montrez… 

OFFRE À SAISIR JUSQU'AU
18 JUIN 2024 : 100€ OFFERTS !

COPIEZ LE CODE :

ARCHÉTYPES