mbti / ennéagramme : 7 différences

MBTI, Ennéagramme : 2 modèles intéressants pour mieux vous comprendre.

Tous deux proposent une typologie de la personnalité, mais ils ne fonctionnent pas du tout de la même manière !

Voici un tour d’horizon (très synthétique, car il y a matière à développer sans fin mais bon, je m’impose quelques limites pour ne pas y passer la nuit ^^).

But : vous aider à avoir rapidement une vision claire des bases et des grandes différences entre les 2 modèles.

DIFFÉRENCE N°1 : LA TYPOLOGIE

Les 2 modèles fonctionnent avec un classement par types.

MBTI

  • Un type est identifié par 4 lettres

  • 16 types au total :
    ENFJ, ENFP, ENTJ, ENTP, ESFJ, ESFP, ESTJ, ESTP,
    INFJ, INFP, INTJ, INTP, ISFJ, ISFP, ISTJ, ISTP

  • Pas de hiérarchie de valeur entre les types

ENNÉAGRAMME

  • Un type est identifié par un chiffre allant de 1 à 9

  • 9 types principaux donc, mais avec 3 sous-types possibles pour chacun, c’est-à-dire : 27 types au total

  • Aucune notion de progression entre les chiffres / types

Lorsque vous combinez les deux typologies, vous affinez la compréhension de votre personnalité.

Par exemple (et de manière très caricaturale) :
Un INFJ 1 sera plus intransigeant, un INFJ 4 plus individualiste, et un INFJ 6 plus angoissé.

Oui je sais c’est pas très flatteur tout ça et justement, parlons-en…

DIFFÉRENCE N°2 : DESCRIPTION DES TYPES

MBTI

Généralement, les types MBTI sont décrits dans leur version équilibrée.

Le focus est mis sur les qualités, avec mention plutôt soft des défauts.

ENNÉAGRAMME

Ici, c’est l’inverse : les portraits décrivent la version égotique du type.

Le projecteur met en lumière nos fonctionnements automatiques, alors qu’en principe, on n’a pas trop envie de les voir…

DIFFÉRENCE N°3 : le secret derrière lES TYPES

Dans les deux modèles, il y a ce que vous voyez – 4 lettres pour le MBTI, et 1 chiffre pour l’Ennéagramme –, et ce que vous ne voyez pas :

MBTI

Les 8 fonctions cognitives.

Renseignent sur vos préférences en termes de collecte d’informations et de prises de décisions.

Lire aussi :

ENNÉAGRAMME

En complément du chiffre de votre type principal (entre 1 et 9) appelé base, vous trouverez aussi :

  • 1 centre préféré parmi 3 possibles (Instinctif, émotionnel et mental)

     

  • 1 instinct préféré parmi 3 possibles (Auto-conservation, social et sexuel)

     

  • 1 ou 2 ailes adjacentes : par exemple 2w3, que l’on peut traduire par “base 2 aile 3” (“w” pour “wing”, qui signifie “aile” en anglais)

DIFFÉRENCE N°4 : COMMENT ÇA MARCHE ?

MBTI

Se focalise sur l’observation des comportements dominants et les schémas récurrents, qui nous renseignent sur les préférences dans l’utilisation des fonctions cognitives, et donc sur le type de personnalité.

La question est :
Comment vous comportez-vous ?

Autrement dit, avec le MBTI vous pouvez détecter les manifestations visibles de la personnalité (comportements).

Technique périlleuse si réalisée dans la hâte, sans expérience solide, ou sans chercher à comprendre les tenants et les aboutissements…

ENNÉAGRAMME

Traque les motivations qui déclenchent les comportements.

La question est :
Pourquoi vous comportez-vous de telle façon ?

Avec l’Ennéagramme, ce que vous devez analyser est invisible (motivations) et souvent inconscient. Et donc, plus difficile à identifier.

Cette différence est celle qui est la plus couramment citée entre les deux modèles. Elle est bien réelle, mais incomplète.

Avec le MBTI, vous pouvez également étudier les motivations des personnalités, grâce à la théorie des Archétypes de Carl Jung :

Lire aussi :

DIFFÉRENCE N°5 : COMMENT TROUVER VOTRE TYPE

Plusieurs possibilités dans les 2 cas :

  • Faire des tests gratuits en ligne

  • Consulter des contenus spécialisés, étudier la théorie, et pratiquer l’auto-observation ainsi qu’une profonde introspection

  • Multiplier les échanges avec des personnes qui connaissent bien les modèles et qui peuvent vous apporter un regard objectif

  • Participer à des tests, formations et / ou ateliers avec accompagnement professionnel payant

Vous le devinez : chaque approche présente des avantages et des inconvénients.

Tout dépend du curseur de votre motivation et de vos priorités sur l’axe cheminant entre “agréable distraction” et “croissance personnelle”.

Les options citées ci-dessus étant plutôt des points communs entre les deux modèles, voici tout de même une différence à relever :

Identifier votre type Ennéagramme peut vous demander (beaucoup) plus de temps que pour trouver votre type MBTI. À cause du gros travail d’introspection que cela exige. 

Et peut-être aussi parce qu’il n’est pas toujours simple d’être mis.e face à des aspects de nous que nous ne valorisons pas. Cela suppose un temps d’acceptation, plus ou moins long selon le travail que vous avez déjà fait sur vous-même.

DIFFÉRENCE N°6 : VOTRE CHEMIN DE CROISSANCE PERSONNELLE

MBTI

Ça passe par une bonne compréhension des fonctions cognitives et de l’utilisation que vous en faites.

Ce qui vous permettra :

1) de transformer vos talents naturels en gros potentiel
2) de remédier aux déséquilibres fréquents de votre type de personnalité

ENNÉAGRAMME

L’enjeu est de trouver un point d’équilibre entre votre fonctionnement automatique (ego, ou fausse personnalité) et votre fonctionnement authentique (essence, ou vraie personnalité).

Ici ça passe par une identification de vos automatismes, afin de conserver ceux qui vous simplifient la vie, et de vous débarrasser de ceux qui vous empêchent de vivre pleinement.

DIFFÉRENCE N°7 : À QUOI ÇA SERT ?

Les bénéfices à bien utiliser ces 2 modèles sont similaires :

  • Mieux vous connaître et vous comprendre
  • Ne plus être une marionnette de vos automatismes, et agir plus en conscience
  • Vivre une vie en accord avec votre vraie personnalité 
  • Exploiter votre potentiel à sa juste valeur
  • Retrouver plus de liberté et d’authenticité
  • Élargir votre vision du monde et améliorer vos relations avec les autres, par la découverte et la compréhension de fonctionnements différents du vôtre
  • Et tant d’autres ouvertures possibles…

Encore une fois, ce sont tous des points communs, alors voici une différence que l’on peut remarquer concernant l’usage des deux modèles :

Le MBTI serait plus utilisé dans le monde professionnel, tandis que l’Ennéagramme resterait souvent dans la sphère du développement personnel.

Bien sûr ce sont juste des tendances, qui par nature sont mouvantes et évolutives.

CORRÉLATIONS ENTRE LES TYPES ENNÉAGRAMME ET MBTI

C’est une question qui revient souvent !

Un type Ennéagramme est-il plus susceptible d’appartenir à un type MBTI? (et vice versa)

A priori : non. 
Toutes les combinaisons pourraient exister.
Certaines semblent assez improbables, c’est vrai, mais qui sait…

Des statistiques existent néanmoins sur les corrélations fréquentes
Voici par exemple celles fournies par le site Personality Junkie.
(À gauche, le type Ennéagramme – À droite, les correspondances MBTI)

1 : xxxJ

2 : xxFx

3 : ExTx

4 : INFx

5 : INTx

6 : ISxJ

7 : ExxP

8 : ExxJ

9 : IxFP

Gardez bien à l’esprit que les associations moins courantes n’y sont pas représentées. Cela ne signifie pas pour autant qu’elles n’existent pas !

Par exemple, à titre personnel, je ne me retrouve pas dans ce tableau.
Et vous ? Ça vous correspond ?
Vous connaissez votre type Ennéagramme ?
Vous avez une préférence entre les 2 modèles ?

Rendez-vous dans les commentaires !

Comme d’habitude, je lis avec plaisir vos retours 🙂

Merci d’être resté.e jusqu’au bout et à bientôt !

22 réflexions sur “MBTI / ENNÉAGRAMME : 7 DIFFÉRENCES”

  1. Salut Fabienne !

    C’est une bonne surprise de voir à nouveau des publications de ta part ! Et celle ci tombe “bien” car j’ai pas mal procrastiné en lisant des trucs sur l’enneagramme ces derniers temps…

    Bizarrement j’ai trouvé plus facilement mon type enneagramme que MBTI (et je suis toujours perplexe pour le deuxième).
    C’est peut être mon côté négatif qui fait que j’arrive plus facilement à répondre à la question “qu’est-ce qui déconne complètement dans ma personnalité” plutôt que “quel est mon fonctionnement normal”

    Je suis d’accord pour dire que le MBTI décrit des fonctionnements cognitifs qui se traduisent par des comportements.
    Après, j’ai du mal à ne pas voir d’interférences entre les deux modèles : l’enneagramme me semble se fonder en définitive sur des explications liées au fonctionnement cognitif également. Dire qu’on préfère un “centre” (instinctif émotionnel ou mental), est-ce que ça ne revient pas à dire qu’on est plus à l’aise avec certaines capacités cérébrales ? En tout cas, c’est dans ce sens que l’entendent au moins certains praticiens de l’enneagramme. Et j’ai parfois l’impression qu’une utilisation simultané des deux modèles conduit à appauvrir sa vision de l’enneagramme en ne prenant pas en compte tout ce qu’il implique.
    Pour donner un exemple, j’ai du mal à comprendre comment un infj 1 peut à la fois préférer le centre instinctif, et donc être à l’aise avec l’action dans le monde physique, et avoir Se en fonction inférieure.
    Est-ce qu’en liant les deux modèles on ne fait pas finalement une sorte de synthèse un peu superficielle entre les 2 types, pratique pour expliquer des comportements qu’on trouve un peu contradictoires (“oui c’est un intello idéaliste mais en même temps vachement un fonceur”) ? Mais je passe peut être à côté d’une manière plus pertinente d’utiliser les 2 ensemble.

    Je crois que je commence à préférer l’enneagramme. Il est plus long à connaître vraiment (plus d’infos à assimiler) que le MBTI, mais j’ai atteint un stade où je le trouve vraiment pertinent. J’arrive bien à l’appliquer à mon cas (contrairement au MBTI) et à celui des personnes dont je suis ou ai été le plus proche. Pour les gens que je connais plus superficiellement, essayer de déterminer le MBTI me semble moins périlleux (mais je me suis un peu calmée sur la recherche du type des gens en général).

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Salut Pilea ! Merci pour ton commentaire qui comme d’hab, me fait sourire (j’arrive plus facilement à répondre à la question “qu’est-ce qui déconne complètement dans ma personnalité” plutôt que “quel est mon fonctionnement normal”).

      Tes questionnements sont légitimes évidemment. Vaste débat…
      Je te partage mes points de vue, qui sont juste… mes points de vue 🙂

      D’abord un fait : il existe bien plusieurs approches de l’Ennéagramme.
      Quand certains mentionnent une origine liée aux blessures de l’enfance, d’autres relèvent des explications biologiques.
      L’éternelle question entre inné et acquis.
      Mon point de vue sur la question (qui ne va pas simplifier l’affaire) : j’ai l’impression que c’est un mélange des deux.
      Comme tu as pu le remarquer, le modèle est vaste et complexe, et semble avoir une vision globale de la personnalité.
      Du côté du MBTI, c’est plus carré : on parle de fonctionnement cognitif. Ça a le mérite d’être clair, mais comme je le dis dans l’article, il vaut mieux compléter avec d’autres approches qui creusent dans les profondeurs de l’inconscient.

      Ton rapprochement entre le Se inf de l’INFJ 1 et son centre instinctif : personnellement, j’ai tendance à relier “instinctif” à “décisif”, le fait de ne pas tergiverser pendant 3 plombes, et de trancher rapidement.
      Par exemple : pendant que l’INFP 9 scrolle sans fin sur Amazon sans pouvoir choisir le pommeau de douche qui remplacera celui qui est foutu, l’INFJ 1 va comparer 3 pommeaux, prendre une décision, mettre le pommeau dans le panier et sortir la carte (demander la livraison rapide parce que c’est inacceptable de rester 2 jours sans pommeau de douche, et au passage, engueuler l’INFP 9 qui est toujours amorphe devant son écran). Voilà, je crois que ce sera pas trop trop épuisant pour son petit Se inf 😀

      Un truc important aussi : j’ai l’impression que certaines personnes peuvent parfois s’emmêler entre “préférences” et “nuances”, à force de vouloir relever trop de critères.
      Alors oui, à défaut de cerner ce qui est vraiment dominant et récurrent, on peut vite tomber dans des portraits loufoques.
      Ceci dit : maintenant, même si des critères me semblent incohérents ou contradictoires, j’essaie de me dire “il y a sûrement quelque chose que je n’ai pas encore compris” plutôt que de me dire “c’est vraiment nimp ce truc”.
      Parce que franchement, plus j’avance, et plus je fais des découvertes qui m’amènent chaque fois à revoir mes certitudes… et tant mieux !

      Pour terminer, je considère que l’essentiel dans toute démarche de connaissance de soi, c’est d’identifier et surtout d’accepter toutes les facettes qui nous composent. Les plus brillantes, comme les plus sombres.
      Il existe de nombreuses voies pour y parvenir. Le typage peut y contribuer, mais c’est bien de se rappeler que c’est juste un point de départ finalement.

      1. Merci pour ta réponse !
        C’est vrai qu’il existe plusieurs approches. Je me suis surtout intéressé à celle des Chabreuil, qui considèrent en effet que notre énnéatype serait en grande partie inné. Sur leur site, voilà comment ils décrivent le centre instinctif :
        “Le centre instinctif assure notre survie physique et psychologique dans le présent. Pour ce faire, il compare le présent aux situations passées semblables et choisit d’agir ou non, de changer ou non. C’est le centre de notre énergie vitale, de nos actes spontanés, de notre coordination physique, de notre créativité dans l’action.”

        ça semble quand même se recouper pas mal avec le S du MBTI…

        Le centre mental évoque un mélange de N et de T :

        “Le centre mental est le lieu du raisonnement, des choix, des décisions, des plans et des projets. Il raisonne par analyse et synthèse à partir d’informations se voulant objectives. Il est orienté vers le futur.”
        (https://www.enneagramme.com/Theorie/9_centre.htm)

        Après, je suis tombée aussi sur un article (d’une personne extérieure) sur le même site qui explique que le MBTI n’est que la partie cognitive de notre personnalité, toute entière inclue dans le centre mental de l’énnéa, les 2 autres centres correspondant à des dimensions différentes. Je trouve ça intéressant, mais, il me semble, pas vraiment en phase avec les définitions des centres telles qu’elles sont formulées par les Chabreuil.

        Mais oui, comme toi, je me dis “il y a sûrement quelque chose que je n’ai pas encore compris” :).

        1. Fabienne - PsychoPersonnalité

          Voilà, exactement : on va trouver des définitions / descriptions ça et là, qui vont à un moment finir par se contredire.
          Pour ma part, j’aime utiliser la théorie pour me faire rapidement une vision globale des fondamentaux, ensuite, j’accorde une grande place à mon fonctionnement intuitif + Fe en live pour “sentir” le truc.
          Avant, j’avais tendance à vouloir bien tout connaître à la lettre, comme la bonne élève que j’étais à l’école.
          Mais finalement, la théorie, quelle qu’elle soit, me semble toujours trop restrictive par rapport à la réalité. Ce qui est quasiment inévitable quand on y pense.

          Et puis l’instinct de survie, ok, c’était assurément lié à l’action typiquement Se à l’origine : se barrer face à un tyrannosaure, tuer un mammouth pour manger ce soir, etc.
          Mais aujourd’hui, on peut le trouver dans des manifestations plus subtiles. Je reprends mon histoire du pommeau de douche.
          Base 1 et base 9, tous deux centre instinctif.
          Base 1 veut absolument un pommeau de douche tout de suite. Si on creuse : pourquoi est-ce si important ?
          Par exemple, ce pourrait être : parce qu’il faut pouvoir se laver chaque jour si on ne veut pas être rejeté par les autres.
          Base 9 de son côté, décide de ne pas décider. Pourquoi ? Peut-être par peur de faire une erreur “fatale” ?
          Quoiqu’il en soit, il y a toujours un danger à la clé, qui motive la réaction. Avec le 9 on est plutôt dans la fuite, avec le 1, plutôt dans l’action, même si dans cet exemple l’action correspond à quelques clics physiquement peu éreintants.
          Bon remarque, on peut trouver l’instinct de survie chez chaque type en même temps. Conversation sans fin… 😆

          1. Oui il faut peut être admettre que la théorie est un peu mystérieuse et aller au delà 🙂
            L’enneagramme prend effectivement en compte l’influence des instincts (de survie, social, sexuel) pour tous les types .

          2. En fait, en y réfléchissant, je crois que je comprends mieux l’idée comme quoi l’énnéa concerne les motivations.
            Notre préférence pour un centre dans l’énnéa correspondrait à ce qu’on juge important dans la vie, à nos objectifs, tandis que nos fonctions cognitives seraient en quelque sorte les outils à notre disposition pour atteindre ces objectifs.
            Du coup l’INFJ 1 placerait au centre de ses préoccupations la mise en mouvement, le passage à l’action, en utilisant ses outils Ni-Fe-Ti-Se pour ça. Je ne sais pas trop comment ça se traduit concrètement, peut-être que ce sera fatigant pour lui car il devra aller souvent puiser dans son Se, mais en tout cas, je ne vois plus de contradiction en le formulant comme ça.
            Autre exemple, un ESFP 7 s’intéresse avant tout dans la vie à l’anticipation, à l’élaboration de stratégies. Mais comme il a Ni et Te dans ses fonctions inférieures, il aura peut-être davantage tendance à privilégier des stratégies à court terme par exemple.
            ça rejoint ce que tu dis : que notre type MBTI nous indique notre potentiel, nos talents naturels. L’énnéagramme nous donne nos motivations, pour ne pas dire nos obsessions dans la vie, dont on n’a pas toujours conscience.

          3. Fabienne - PsychoPersonnalité

            Merci Pilea, ton point de vue est intéressant, j’aime bien l’idée des fonctions cognitives en tant qu’outils qui nous aident à satisfaire nos motivations.
            Pour ce qui est des motivations de l’ennéa justement, je voudrais apporter une nuance : elles correspondent à ce que l’on cherche à éviter, plutôt qu’à des objectifs, tu vois ? Parce qu’un objectif qu’on souhaite atteindre sous-entend une démarche constructive, un enchaînement d’actions etc., on est plus du côté conscient ici.

            Par exemple, le 1 a conscience qu’il passe à l’action ( = le moyen), mais il n’a pas toujours conscience qu’il le fait parce qu’il cherche à éviter la colère ( = la motivation).
            Le 7 a conscience qu’il élabore une stratégie, mais il n’a pas toujours conscience qu’il cherche à éviter la souffrance.

            En fait, derrière ces comportements que l’on peut observer, le but est de comprendre pourquoi il / elle agit de cette façon. Pas toujours facile à détecter, faut parfois creuser loin. Pour ça, il y a une technique qui consiste à multiplier les pourquoi. À chaque réponse, tu te demandes encore « oui, mais pourquoi ? », jusqu’à avoir l’impression d’avoir été au bout. Ceci dit, si on va vraiment tout au bout du truc, on arrive à une réponse identique pour tout le monde : « Pour rester en vie », l’instinct de survie étant notre motivation principale à toutes et à tous 🙂

          4. Oui tu as raison, le mot “objectifs” était mal choisi.
            Ce que je voulais dire, c’est que les fonctions cognitives seraient de l’ordre de la prédisposition et le centre préféré plutôt de la préoccupation ou de l’aspiration.
            Et ensuite oui selon la direction dans laquelle il utilise son centre préféré, chaque type va avoir une compulsion d’évitement particulière qui va orienter inconsciemment ses actions.
            La technique de multiplication des “pourquoi” est intéressante, et aussi l’idée que la réponse serait finalement la même pour tout le monde…

          5. Fabienne - PsychoPersonnalité

            Ah oui, je réalise que je t’ai expliqué un truc que tu connaissais déjà (compulsion d’évitement) 🙂
            Désolée, ce n’est pas toujours évident de savoir à quel stade d’avancement une personne se trouve, surtout via des commentaires.

          6. Pas de souci, vu la manière dont je l’ai formulé, ça pouvait vraiment prêter à confusion.

  2. Merci pour cet article !
    Nope, cela ne correspond pas tout à fait, mais ça se joue à une lettre près ! Tout comme toi il me semble 😀
    Et si je prends aussi en compte la correspondance MBTI de mon aile en énnéagramme, je retrouve bien mon vrai type MBTI.
    Est-ce le cas pour toi aussi ?
    J’aime beaucoup les deux modèles, ils donnent des explications différentes à ma difficulté à passer à l’action par moment.
    T’ai-je donné suffisamment d’indices pour que tu devines mes types ? Au besoin, je te donne un autre indice 😉

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Merci pour ton commentaire Elie.
      Ouhla, sacré défi que tu me lances ! 😀
      Bon en vrai, je ne me risquerais pas à typer sérieusement quelqu’un sur base d’un commentaire, mais par amour du jeu, allons-y pour tenter le coup, au risque d’être complètement à côté de la plaque : INTP 4w5 ?
      (Oui, une lettre près pour moi aussi, mais l’aile n’y change rien)

        1. Fabienne - PsychoPersonnalité

          Ah oui, à côté de la plaque du coup !
          Merci d’avoir donné suite en tout cas, c’était amusant 😀

  3. Bonjour Fabienne
    J ai refait le test c est le 4 avec w3 , w5 je me reconnais bien dans ces caractéristiques surtout dans les traits négatifs des ailes 5 avec le côté un peu dépressif lol
    C est très drôle car le 4 est très marqué chez moi en numerologie entre autre ( je suis née un 4 ) en 1966 ( 22 = 4 ) et l initiale de mon prénom et Nom 4 et 4 peut-être simple coïncidence….

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Bonjour Muriel,
      Vous êtes sensible aux sens symboliques, ce qui est un attribut particulièrement développé chez les types NF du MBTI, et chez la base 4 de l’Ennéagramme.
      J’ajoute une observation aux vôtres : vous avez publié votre commentaire à 10h57, ce 4 vous poursuit décidément 😉

  4. Bonjour Fabienne,

    Sujet fort intéressant pour ne pas changer et connexion d’idée des plus riche.
    J’ai eu un déclique personnellement avec l’ennéagramme faut suivre les émotions.

    Pars là je veux dire que c’est après tout une représentation à un traumatisme de l’enfance qui nous pousse à voit le monde d’une telle façon.

    Donc le secret c’est en peu d’empathie envers soie même et l’ennéagramme s’ouvre à toi (et biensûr “peu” de théorie).

    Parcontre, pour le MBTI on peut connaître les fonctions savoir identifier les personnalités mais toujours avoir le doute sur soie?

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Bonjour Ségoame, merci pour votre commentaire.
      Je suis d’accord : pour l’Ennéagramme (comme pour le MBTI d’ailleurs), il est très important de ne pas en rester à une compréhension purement théorique, car le risque est d’être coincé dans une vision trop étriquée qui ne tient pas compte de la globalité de l’être humain, qui implique notamment, comme vous le dites très bien, les émotions.
      Quant au doute sur soi niveau MBTI malgré les connaissances, oui, c’est tout à fait possible. Même si le MBTI est un outil des plus intéressants, la véritable compréhension de soi est bien nichée dans notre inconscient, espace de richesses et de complexité à explorer par des approches intuitives 🙂

  5. Merci Fabienne pour cet article bien structuré qui nous éclaire sur les différences tes 2 types d’évaluation de personnalité .
    Pas évident d’y trouver des correspondances , mais intéressant de pouvoir avoir un autre point de vue pour apprendre à mieux se connaître .

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Merci pour ce retour Sylvie.
      Oui je comprends, surtout que le modèle de l’Ennéagramme est vaste et demande un certain investissement pour le dompter 🙂

  6. Merci !
    J’avais fait le lien avec le Pourquoi et le Comment.
    Pour ce qui est des corrélations, je trouve que c’est assez vrai mais …
    Ex du type 3 présenté comme un extraverti que je retrouve fréquemment en INTJ voire INTP.
    Une autre façon d’avancer est de faire un lien entre les préférences psychologiques et les préférences motrices et là c’est du bonheur 🙂
    Perso 5w6 ISTP et bien dans ma tête et mon corps !

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Merci pour votre commentaire.
      Oui, la question des corrélations est toujours délicate. Je ne suis pas spécialement une adepte mais c’est une question qui revient souvent. Il existe aussi d’autres observations de toute façon 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont soumis à modération 

Les emails de PsychoPersonnalité

  • Mes réponses aux questions des abonné.e.s
  • Des sondages
  • Des offres privées
  • Des invitations à témoigner 
  • Les actualités des publications 

Votre email reste confidentiel (loi GDPR)
Désinscription en 1 clic à tout moment

What's the password?

Login to your account