LES TYPES MBTI LES PLUS SECRETS

OSER ÊTRE SOI-MÊME

Assumer pleinement qui vous êtes, c’est facile pour vous ?

Affirmer tranquillement votre identité en public, ça vous semble naturel ?
Vos originalités, vos croyances ou convictions, vos préférences marginales, vos centres d’intérêt loufoques, vos pratiques spirituelles, etc.

Ou au contraire, vous êtes plutôt du style à ne pas trop vous dévoiler ?
Vous préférez vous fondre pour vous intégrer, même si cela vous demande de gommer, lisser, voire nier certains aspects de votre personnalité ?

Aujourd’hui je réponds à cette question posée lors du dernier sondage :

« Explorer et construire son identité quand on est INFJ ou INTJ : est-ce une faiblesse indépassable ? »

Il est vrai que la problématique de l’identité peut être préoccupante pour ces deux types, mais ils ne sont pas les seuls ! On en parle dans cet article.

LA RÉPONSE COURTE EST : NON

Non, ce n’est pas indépassable.
Heureusement.

Mais ça ne veut pas dire que c’est facile…

Je vous le dis tout de suite et très franchement : je ne suis vraiment pas un exemple à suivre en la matière. 

Affirmer mon identité en public, avec tout ce qui me caractérise, est un sacré défi. Parfois, je vois des YouTubers parler d’eux-mêmes avec une telle aisance, que je me demande comment c’est possible !

Récemment, je discutais justement de cette problématique avec un proche. Je me questionnais : est-ce que je devrais parler plus de moi dans mes publications ? Et lorsque je lui ai exposé mes craintes, il m’a répondu par une phrase qui m’a vraiment aidée à relativiser.

Je vous explique tout un peu plus loin, car je pense que ça pourrait vous être très utile, si vous aussi vous êtes prudent.e en ce qui concerne votre identité.

Parce que si vous vivez ça, vous le savez : c’est frustrant.

Et stressant aussi : la moindre broutille que vous voulez dire à votre sujet vous fait l’effet d’un coming out devant un public de 50.000 personnes qui vous fixent avec insistance.

Ça vous colle une boule dans la gorge, qui vous empêche de déglutir normalement.

Bref, ça vous donne l’impression de ne jamais vous autoriser à être pleinement vous-même, derrière tous vos masques. 

Le jour où on pourra se délester des masques anti-covid, ce sera un véritable soulagement.  Et si, dans cet élan, nous en profitions pour nous débarrasser aussi de nos autres masques ?

Ceux que nous portons même quand aucune loi ne nous y oblige… 

Allez, voyons comment on peut se débrouiller !

SOMMAIRE :

  1. ÊTES-VOUS CONCERNÉ.E ?
    Ces types MBTI qui n’assument pas leur identité, ceux qui s’en sortent beaucoup mieux et pourquoi.

  2. NE SAUTEZ PAS CETTE ÉTAPE, SINON…
    La première chose à faire absolument pour pouvoir être plus à l’aise avec votre identité (même et surtout en public).

  3. LE TRUC HYPER IMPORTANT À INTÉGRER
    Ça a été un déclic pour moi, et j’espère que cela vous aidera également à jeter progressivement vos masques, pour oser être plus vous-même.

1. ÊTES-VOUS CONCERNÉ.E ?

Alors attention, d’abord 2 avertissements importants :

  1. Parfois, ne pas oser exprimer qui on est relève avant tout d’un profond manque d’estime de soi, surtout quand on est introverti.


    Cependant, ceci n’est pas le sujet de cet article. Si vous vous retrouvez dans ce cas de figure, cette page est plus appropriée à votre situation et vous orientera vers de meilleures solutions.

  2. Ce que vous allez lire maintenant, ce sont des tendances générales, ok ?


    Selon votre parcours de vie, vous vous y reconnaîtrez plus ou moins. Il vous appartient d’y apporter les nuances qui vous concernent personnellement, parce que je vais faire très simple.

Pour résumer :

  • Les types xxxJ rencontrent plus de difficultés à construire et à exprimer leur identité.

    Ils sont donc les plus secrets. Leur véritable identité est généralement bien cachée derrière une façade de protection.

  • Les types xxxP sont naturellement plus à l’aise pour définir et assumer qui ils sont. 

    Ce sont ces personnes qui transmettent immédiatement une authenticité dans leur façon d’être. 

POURQUOI ?

Parce que dans la hiérarchie des fonctions cognitives des types xxxJ :

La fonction de décision extravertie
(Pensée extravertie – Te -, ou Sentiment extraverti – Fe -)

est prioritaire par rapport à la fonction de décision introvertie
(Pensée introvertie – Ti -, ou Sentiment extraverti – Fi -). 

Exemples de hiérarchies de fonctions chez des types xxxJ 

INFJ
1. Intuition introvertie 
2. Sentiment extraverti (Fe)
3. Pensée introvertie (Ti)
4. Sensation extravertie

ESTJ
1. Pensée extravertie (Te)
2. Sensation introvertie 
3. Intuition extravertie 
4. Sentiment introverti (Fi)

Chez les types xxxP, c’est l’inverse.
La fonction de décision introvertie est prioritaire sur la fonction de décision extravertie :

ISTP
1. Pensée introvertie (Ti)
2. Sensation extravertie
3. Intuition introvertie
4. Sentiment extraverti (Fe)

ENFP
1. Intuition extravertie
2. Sentiment introverti (Fi)
3. Pensée extravertie (Te)
4. Sensation introvertie

Et il se trouve justement que la fonction de décision introvertie est en lien direct avec votre identité, votre ego (sain ou malsain, selon l’utilisation que vous en faites).

Je ne développe pas plus le sujet des fonctions cognitives ici. Si cet aspect est nouveau pour vous, cet article spécial débutants vous aidera. Vous y trouverez également la hiérarchie des fonctions pour chaque type MBTI.

Vous n’y comprenez rien aux fonctions ?
Ne vous inquiétez pas, la suite est accessible à tout le monde.

Regardez, on va utiliser les traductions suivantes :

  • Pensée introvertie ou Sentiment introverti = ce que JE valide

     

  • Pensée extravertie ou Sentiment extraverti = ce que le MONDE EXTÉRIEUR valide

Autrement dit :

  • Si un type xxxP valide une préférence, un centre d’intérêt, une théorie, une pratique, un look, etc., il sera naturellement disposé à assumer ses spécificités, aussi originales ou marginales soient-elles, sans (trop) s’inquiéter de ce que vont en penser les autres.

     

  • En revanche, avant de se lancer, le type xxxJ a d’abord besoin de vérifier si le monde extérieur approuve qui il est ou ce qu’il fait.
    Est-ce valorisé par les autres ? Ou est-ce que ça risque de déplaire / choquer? Est-ce que ça va fonctionner dans le monde extérieur ? Ou bien est-ce trop déconnecté des contraintes de la réalité ? etc.

Parenthèse : si vous êtes J, vous pourriez peut-être envier l’aisance des P sur cette question. Je vous comprends, mais ne vous méprenez pas : les types en P ont aussi leurs défis à relever.

Maintenant, question pour vous : 

Où se situe votre préférence naturelle ? Votre priorité ?

2. ne sautez pas cette étape, sinon...

L’étape « Oser être soi-même sans craindre le jugement du monde extérieur » fait certes rêver de nombreuses personnes.

Mais vous savez quoi ? 
Cette étape est en réalité la deuxième à franchir pour vous sentir bien dans vos baskets.

Par conséquent, quelle est la première étape sur laquelle vous devriez d’abord vous focaliser ?

Réponse :

La première étape consiste à découvrir ce que signifie pour vous ce petit bout de phrase : « être soi-même ».

En d’autres mots : vous êtes qui au juste ?
Vous aimez quoi ? Vous détestez quoi ? Quelles sont vos compétences ? Quelles sont vos valeurs ? Vos projets ? Vos rêves ? Vos fantasmes ? (pas besoin de me les dire hein, vous pouvez juste y réfléchir) Vos peurs ? Vos doutes ? Vos préférences ? Vos différences ? Vos bizarreries ? Votre vision du monde ? Votre tempérament ? Vos ambitions ? Votre raison d’être ?

Une évidence, non ?
Avant d’oser être soi-même, encore faut-il savoir qui on est !

Sinon quoi ?

Sinon, on est à côté de ses pompes et ça se voit.
Manque d’alignement, manque de cohérence, manque d’assurance.
MANQUE D’AUTHENTICITÉ.

Et ça, ça ne pardonne pas.
Les gens le repèrent tout de suite. Et se méfient.
Se demandent ce que vous cachez.

Vous aussi je suppose ?
Quand quelqu’un vous semble « faux », se réfugie derrière des masques, vous le ressentez, n’est-ce pas ?

C’est ici qu’intervient la phase « Exploration et construction de votre identité ».

Concrètement : comment procéder pour trouver votre authenticité, pour identifier tout ce qui vous caractérise, surtout si vous avez tendance à vous préoccuper un peu trop de la validation du monde extérieur ?

Comme je vous l’ai annoncé d’emblée, je ne suis pas le meilleur exemple en la matière, mais voici tout de même 2 idées efficaces qui m’ont aidée :
(Si vous souhaitez en partager d’autres, ce sera bienvenu dans les commentaires)

1. VIVEZ DES EXPÉRIENCES

Testez, expérimentez des trucs, tout ce que vous voulez, tous domaines confondus, sans vous freiner dès le départ. Du moment que vous ne vous aventurez pas du côté de la criminalité, où est le problème après tout ?

Ensuite, constatez : ça vous convient, ou ça ne vous convient pas ?

L’idée en soi est très simple, mais il s’agit de l’appliquer vraiment. Et de multiplier les expériences. Avoir juste un avis dans votre tête sans avoir vérifié votre ressenti dans la réalité, ça ne marche pas. Notre mental nous induit souvent en erreur.

Il faut vraiment expérimenter. C’est de cette façon que vous allez construire patiemment votre bibliothèque personnelle et donc, votre identité. Avec tout ce qui est validé par VOUS en personne.

L’erreur à éviter : vous priver de découvrir quelque chose parce que l’opinion générale autour de vous a décrété que cette chose n’est pas valable. Vérifiez par vous-même, et faites-vous votre opinion sur la question !

Par exemple :

Pendant longtemps, j’ai évité de m’intéresser à un modèle de compréhension de la personnalité parce que je me disais que sa réputation n’était pas extraordinaire. Pourtant, un jour, je ne sais pas quelle mouche m’a piquée, mais j’ai décidé de me plonger sérieusement dans ce modèle.

Et là, devinez quoi : j’ai découvert de nouvelles clés de compréhension de la personnalité, auxquelles je ne m’attendais absolument pas !
Je me suis retrouvée bouche bée, face à un modèle d’une richesse indescriptible, avec le regret de l’avoir boudé aussi longtemps… juste parce qu’il ne semblait pas trop pris au sérieux par les gens (du moins, par une partie des gens)…

À ce propos, je vous informe que j’ai l’intention de rédiger prochainement un article au sujet de ce modèle. Si vous souhaitez être prévenu.e de sa parution, abonnez-vous aux emails via la pop up sur ce site, si ce n’est pas encore fait.

2. REJOIGNEZ UN GROUPE

Virtuel ou physique. 

Choisissez un groupe de personnes avec qui vous pensez partager un point en commun : une passion, une pratique, une préférence, des opinions, une cause, une originalité, etc.

Discutez et vivez des expériences avec ces personnes. Il est fort probable que vous rencontriez des individus à l’identité déjà bien affirmée. Utilisez vos découvertes pour vous définir vis-à-vis de ce que vous voyez. À nouveau : qu’est-ce qui vous ressemble, et qu’est-ce qui ne vous ressemble pas ?

Autre avantage : constater que vous n’êtes pas seul.e dans votre spécificité peut vous rassurer et vous encourager à mieux assumer certaines parties de vous. C’est particulièrement vrai si votre fonction de décision extravertie prend le pas sur votre fonction de décision introvertie, car le sentiment d’appartenance est important pour vous.

L’erreur à éviter : faire des comparaisons qui impliquent des jugements de valeur. Ce n’est pas parce que vous ne faites pas comme X ou que vous ne ressemblez pas à Y que vous êtes moins bien. Vous avez vos spécificités, et elles sont tout aussi valables. Idem : quelque chose qui ne vous correspond pas n’est pas moins bien non plus. C’est juste différent. Tenez-vous en à « Ça me ressemble » ou « Ça ne me ressemble pas » et faites le point en restant neutre. That’s all.

Par exemple :

À une époque, je participais à des manifestations LGBTetc., car défendre le droit à vivre en paix son orientation sexuelle non-conventionnelle était important pour moi. 

Vivre concrètement ces expériences m’a permis de constater ce que j’avais en commun avec les autres personnes présentes, ainsi que ce qui m’en différenciait. Une aide bienvenue pour y voir plus clair sur ma propre identité, et qui ne pouvait me venir que par l’expérience concrète. Sinon, j’en serais restée à une vision mentale des diverses identités sexuelles, avec la probabilité de m’identifier à une identité qui ne me correspond pas exactement.

3. le truc hyper important à intégrer

Je ne vais pas passer par 4 chemins, ça se résume en une phrase :

LES GENS N’EN ONT RIEN À CIRER DE VOTRE VIE.

C’est la piqûre de rappel qui m’a été récemment faite par un proche. Rappel salutaire car oui, c’est vrai. Et c’est bien normal quand on y pense :

Les autres sont déjà tellement préoccupés par leur propre vie, avec des tas de choses à gérer au quotidien, et des tas de questions existentielles à résoudre ! Alors pour quelle raison sérieuse se focaliseraient-ils en priorité sur votre vie à vous, sur vos goûts bizarres, sur vos passions inhabituelles, sur vos préférences hors-normes ?

Par exemple : 
Dans la série Ni vu Ni connu, le podcast réalisé en collaboration avec La Chouette, j’ai parlé de moi beaucoup plus que d’habitude. C’était un défi inconfortable, mais que je voulais réaliser pour progresser.

Un jour dans l’émission, j’ai même mentionné une de mes autres chaînes YouTube, où je publie des compositions musicales. J’ai vraiment hésité à en parler en public. À la base, c’était une sorte de monde secret, une façon d’exprimer ma part d’ombre dans de la musique aux atmosphères plutôt sombres. Bref : une partie de moi que je n’expose pas vraiment dans mon travail pour PsychoPersonnalité.

Je me suis dit avec appréhension « Que vont penser les gens ? ». 
J’avais la crainte d’être jugée. Et devinez ce qui s’est passé : sur les 2 semaines qui ont suivi la diffusion du podcast, mes vidéos de musique ont comptabilisé 47 vues. Vous le voyez, pas de quoi se tracasser. Et sur les 2300 personnes qui ont écouté Ni connu Ni Connu, une seule est venue s’abonner à cette autre chaîne (coucou).

Récolter des abonnements sur une chaîne presque privée n’était de toute façon pas le but. Mon objectif, c’était avant tout d’oser révéler une autre partie de moi, et voir ce qui se passe. Mission accomplie donc.
Ai-je reçu des retours désagréables ? Non. Rien. 
Voilà, je vous raconte cette anecdote pour vous montrer que parfois (souvent), on s’attend au pire alors qu’en fait…

En fait, le problème, c’est que nous nous regardons nous-mêmes avec une loupe. Chaque caractéristique un tant soi peu spéciale de notre personnalité prend une ampleur démesurée à nos yeux. Les autres, eux, entendent ou voient l’information, ensuite… ils passent à autre chose, ils reviennent à leurs préoccupations personnelles.

À partir du moment où vous intégrez ce principe, vous pouvez vous libérer des boulets que vous avez vous-même attachés à vos pieds. Ça fait du bien cette sensation de légèreté, non ?

Alors oui, dans quelques situations qui ne sont probablement pas majoritaires, vous allez peut-être vous prendre un jugement, une remarque déplacée, une moquerie… Personne n’aime ça, c’est certain. 

Mais est-ce suffisant pour vous empêcher d’explorer, de construire et enfin d’assumer votre identité ?

Souvenez-vous de ce principe de base : quand quelqu’un parle en négatif à votre détriment, en réalité, il parle de… lui-même.  Vous pouvez même élargir ce principe à un champ pratiquement universel. Si vous y prêtez attention, vous remarquerez que quoiqu’ils disent, les gens parlent d’eux-mêmes en fin de compte. Vous souvenir de ça vous aidera à relativiser dans bien des situations.

Tenir compte du monde extérieur, c’est nécessaire pour bien vivre ensemble. L’empathie est une compétence vraiment vraiment vraiment rarissime, alors si elle fait partie de vous, surtout prenez-en soin.

Mais tenir compte de tout ce qui compose votre monde intérieur, de toutes les parties intrinsèques à votre identité, même celles que vous valorisez le moins, c’est nécessaire aussi. Pour bien vivre avec vous-même. Parce que vous allez vous accompagner jusqu’à la fin de votre vie. 

Alors comme toujours : équilibrez.

Envie de témoigner sur votre relation à votre identité ?

Je vous lis dans les commentaires 🙂

11 réflexions sur “LES TYPES MBTI LES PLUS SECRETS : OSER ÊTRE SOI-MÊME”

  1. Hello Fabienne,

    C’est la première fois que je commente tes articles mais je tiens a te dire que ton travail m’aide beaucoup à mieux me connaître ainsi que ceux qui m’entourent.

    Au fait, c’est tellement vrai ce que tu dis à propos de la validation de préférences des xxxj qui se diffère de celle des xxxp.

    Petite histoire :

    Je suis de type INTJ-T, mon ex petite amie avec qui je viens de rompre il y a 2 jours elle est de type ENTP. Je suis souvent fasciné par la façon qu’elle étale sa personne, ses préférences (même celles généralement les plus critiquées) et elle ne se donne pas de peine du jugement des autres.

    Moi-même je suis toujours du genre à expliquer les balises sociales à ne pas escalader, le comportement qu’elle doit afficher dans telle ou telle situation, qu’elle ne devrait pas me considérer exactement comme un ami (oui, c’était le cas)… Mais sans succès vu sa fonction de décision introvertie. D’ailleurs, cela à pour effet de la rendre malheureuse car elle me l’a souvent bien dit « Quand je prends des décisions en pensant à toi, ça me dérange ». J’ai effectué des recherches en vue de vérifier la compatibilité de nos types Mbti sur le plan amoureux, résultat ? (infj et intj) seraient les deux types Mbti les plus compatibles avec (entp)…

    Mais malgré tout on a finalement rompu vu que dans la réalité, on ne peut pas vivre sur le long terme avec qqn qui ne vous prendra pas en compte dans ses décisions…

    Bref,

    En tant qu’ INTJ, j’ai parfois du mal à affirmer mon identité. En plus, je vis dans une famille super-protectrice qui m’empêche de prendre des risques. Pendant très longtemps j’avais du mal à trouver qui je suis. Mais je commence à explorer des choses maintenant et voir plus clairement comment y parvenir.

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Hello Libertron,

      Merci d’avoir pris le temps de commenter et de faire un retour sur mon travail. Ça me fait toujours du bien de savoir que ce que je propose est utile.

      Pour la compatibilité des couples :
      Personnellement, je ne me fie pas trop aux « combinaisons gagnantes » que l’on trouve généralement sur internet. J’ai vu aussi ce match INFJ-ENTP. Pour moi, ce n’est pourtant pas le plus évident, car il y a un risque de grosses tensions avec les 2 axes inversés : Fe-Ti pour l’INFJ et Ti-Fe chez l’ENTP. Malgré cela, ce type de couple doit pourtant bien exister, et certains doivent bien s’en sortir je suppose.

      On trouve aussi souvent la compatibilité INFJ-ENFP, qui est censée bien fonctionner. Pour celle-ci, je peux témoigner que oui, il y a de meilleures chances MAIS… ça ne se fait pas tout seul ! Il y a vraiment des compromis à trouver pour tenir sur la longueur, et ce n’est pas facile tous les jours, mais comme dans à peu près tout couple finalement. C’est le même type de relation que celle que tu viens de vivre : INTJ-ENTP, c’est-à-dire une relation avec ton type miroir. Si tu ne l’as pas vu, il y a un article à ce sujet, qui a été rédigé par La Chouette sur ce blog : https://psychopersonnalite.com/compatibilite-des-types-mbti-dans-les-relations/

      Ce qui compte le plus à mon sens, et finalement plus que le type, c’est le niveau de maturité atteint par chacun. Ce qui inclut notamment : la capacité à tenir compte de l’autre, tout en restant indépendant. Ce qui revient à trouver un juste milieu entre la place, l’attention, l’empathie accordée à l’autre, et l’écoute et le respect de soi. Ou dit encore autrement : ce qui demande d’équilibrer notre axe avec les fonctions de décision, extravertie et introvertie. Dans l’idéal, on pourrait même rêver de cela à l’échelle de la société. Être à l’écoute de soi, tout en veillant au bien-être collectif. Tout un programme… 🙂

      Pour terminer, tu as raison de mentionner l’importance de l’environnement sur la croissance personnelle. Parfois, la meilleure option pour pouvoir avancer est de changer d’environnement, ou de réussir à prendre ses distances sur certains aspects.

      Bonne continuation à toi.

      1. Justement, le niveau de maturité constitue l’élément primordial dans la vie d’un couple.

        Cet équilibre des fonctions de décisions (intro – extra), Je pense que cela a été un défi pour nous. A priori, je ne disposais pas de savoir sur le Mbti et non plus mon ex.

        Vu que J’apprends de jour en jour à mieux me connaître, Je tiendrai à ce que mes prochaine rencontres soient différentes.

        Ce qui est drôle dans cette relation, c’est que vous avez le sentiment d’être avec la bonne personne (après la période de fascination), mais souvent incompris.

        Merci Fabie,
        Bonne continuation à toi aussi.

  2. « LES GENS N’EN ONT RIEN À CIRER DE VOTRE VIE. »
    J’ai éclaté de rire en lisant cette partie 🙂
    C’est tellement vrai et ca correspond à mon vécu, même si je ne l’avait pas formulé aussi clairement !
    En tout cas, ca fait du bien d’en prendre conscience, comme si j’enlevai un poids.

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      😉
      Merci Patrice.
      Oui, ça remet les choses en perspective, et parfois, ça peut faire du bien de s’en souvenir.

  3. Bonjour Fabienne
    Intéressant cet article. Le sujet donne à réfléchir, surtout quand on ne s’était jamais posé la question avant.

    En tout cas, merci d’avoir pensé aux gens qui n’y comprennent rien aux fonctions cognitives
    (C’est pas faute d’avoir essayé avec le kit pour débutants ).

    Bonne continuation !

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Bonjour Karamel, merci pour ton / votre commentaire 🙂
      Oui le sujet n’est pas « évident ». Je pense que c’est quelque chose qui va travailler plus en arrière-plan, plus en profondeur, et qui ne va pas susciter facilement des réactions spontanées.
      Concernant les fonctions cognitives : effectivement, c’est une approche très théorique de la personnalité, et c’est normal que ça ne parle pas à tout le monde, ça reste très austère.
      J’en parlerai encore, mais je prévois aussi de rééquilibrer par l’utilisation d’autres approches en connexion plus directe avec nos ressentis et nos expériences vécues. C’est nécessaire pour compléter la théorie et permettre une compréhension plus vivante / plus concrète de la personnalité.
      Au plaisir !

  4. Merci Fabienne pour ces conseils pertinents. J’aurais envie de dire que beaucoup de gens les appliquent à l’adolescence, mais je fais partie de ceux qui sont passés à côté à ce moment là et en ont encore besoin à l’âge adulte .
    J’ai probablement Fi en 3e position, et autant dire qu’il ne valide pas des trucs à la légère. C’est très spécial quand il valide un truc, un mini événement quand il est sûr qu’il aime vraiment ça, que c’est aligné avec ce qu’il est, que ça ne sonne pas faux (oui même pour décider qu’il aime vraiment un film). Et comme pour toi, c’est un défi de le révéler au monde extérieur (alors que oui, les gens s’en tapent. En fait, ils sont depuis longtemps passés à autre chose, pendant que j’étais en train de valider mon truc, ils en validaient 50 de leur côté ).
    (C’est principalement ce rapport à Fi qui me convainc qu’il est en 3e position chez moi alors qu’au tout début je me pensais infp, c’était mon résultat au test)
    Comme en plus de ça je suis 9 sur l’enneagramme, c’est une problématique qui me concerne à 200%.

    Je ne dirais pas que j’envie l’aisance des xxxP avec leur identité (dans le sens où je voudrais l’avoir pour moi), mais c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup chez eux, qui m’attire vers eux. Justement j’essayais récemment d’en parler avec une amie avec d’autres mots que ceux des modèles de personnalité.

    J’étais allé voir ta chaîne de musique, j’avais tout écouté ! (Et j’ai un Fi ultra sélectif)

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Hello Pilea, merci pour ton commentaire.
      Tu as raison, la période de l’adolescence est généralement propice à toutes ces expérimentations.
      Néanmoins, je suis convaincue qu’il faut maintenir cela, même à l’âge adulte, et quel que soit notre type.

      Il y a tellement à y gagner, que c’est précisément à ce moment qu’il serait dommage de passer à côté! Plus qu’à l’adolescence, où on a forcément moins de recul ou de maturité pour savoir comment tirer profit au mieux de ces observations.

      Rester figée dans le temps, ça me fait penser à la description d’une statue. Donc si tu fais partie de ces adultes qui ont encore besoin d’expérimenter pour avancer, eh bien félicite-toi.

      Signé : une membre de la team Fonction de Décision Introvertie Tertiaire 😆
      p.s. : oui oui je me souviens très bien de ta visite

  5. Pfffiou…ça fait du bien de te lire. C’est une bonne idée d’intégrer un groupe et d’observer. Je vais essayer.

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Coucou Marie, si ça te fait du bien, je suis contente.
      Merci pour ton commentaire, porte toi bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont soumis à modération 

Les emails de PsychoPersonnalité

  • Mes réponses aux questions des abonné.e.s
  • Des sondages
  • Des offres privées
  • Des invitations à témoigner 
  • Les actualités des publications 

Votre email reste confidentiel (loi GDPR)
Désinscription en 1 clic à tout moment

What's the password?

Login to your account