Vecto : brgfx - https://www.freepik.com/

MBTI : LE CAUCHEMAR
DES 16 TYPES DE PERSONNALITÉ

PARTIE 1 : ISTJ, ISFJ, INTJ, INFJ, ESTP, ESFP, ENTP, ENFP

Si vous y pensez quelques instants, qu’est-ce qui vous donne le plus des sueurs froides dans la vie tout compte fait ?

La réponse pourrait bien se trouver quelque part dans les petits recoins de votre type de personnalité…

Analyse, avec La Chouette.

Bonne lecture !
p.s. : contient quelques morceaux de second degré
🙂

La responsable, c'est elle !

Chaque type du MBTI possède son angle mort, son talon d’Achille

Je parle bien entendu de la fonction inférieure. Vous savez, cette fonction que nous jetons par-dessus bord, telle un bagage maudit, dès que le stress ou la fatigue alourdissent le vaisseau ! Et pour cause : dans le fond, on a l’impression qu’elle n’est pas très utile, voire qu’elle est responsable de tous nos problèmes.

Les individus qui possèdent notre fonction inférieure en position dominante ont tendance à nous inspirer un mélange de fascination et de répulsion. De fascination, parce qu’ils sont parfaitement à l’aise dans les domaines où nous sommes les plus largués. Comment font-ils ? Qu’est-ce que ça fait de vivre ainsi ? Et de répulsion, parce que la vie de ces gens est dirigée par un processus cognitif que nous avons l’habitude de mépriser. 

Dans ce dossier, nous allons voir comment chaque type MBTI projette sa fonction inférieure sur ceux qui l’ont en dominante, de sorte à les voir comme les pires sources de dérangement. Je vais diviser ce texte en deux parties. Aujourd’hui, cap sur les types avec une fonction dominante d’observation !

les types ISTJ, ISFJ, INTJ et INFJ

Les types avec une fonction d’observation introvertie dominante ont un fort besoin d’évoluer dans un environnement familier et prévisible, qu’il soit concret (ISTJ et ISFJ) ou abstrait (INTJ et INFJ). Ils passent le plus clair de leur temps à organiser leur petit univers personnel, et rien ne les angoisse plus que l’intrusion d’une variable inconnue dedans.
(Surtout s’ils n’ont pas eu le temps de se préparer !)

Seulement, la vie étant ce qu’elle est, les Si-dom et Ni-dom doivent régulièrement subir ce type de désagrément.

Sensation introvertie (Si) dominante : ISTJ et ISFJ

Les ISTJ et les ISFJ essayent naturellement de protéger les traditions. Cela peut concerner aussi bien des coutumes sociétales ou familiales que des habitudes personnelles. D’après eux, si certaines méthodes ou manières de penser perdurent dans le temps, ce n’est pas pour rien : c’est parce qu’elles ont eu l’occasion de faire leurs preuves, et doivent être conservées afin de garantir la bonne marche du système.

En tant que Si-dom, vous n’appréciez pas que votre environnement physique soit chahuté. Toutefois, étant un sensitif, vous vous sentez capable d’intervenir pour réparer d’éventuels dégâts. De plus, comme la plupart des ISTJ et ISFJ, vous êtes sans doute patient, minutieux et peu intimidé par la répétition. Ainsi, si vous avez hâte de remettre votre maison en ordre après une fête, ce n’est pas en déplaçant un peu vos meubles qu’on va vous induire la pire crise d’angoisse de votre vie. Votre véritable bête noire, la voici : l’intuition extravertie (Ne). En particulier lorsqu’elle s’incarne dans ces êtres de chaos abstrait que sont les ENTP et les ENFP.

Les Ne-dom passent leur temps à explorer des idées plus saugrenues les unes que les autres, de façon désorganisée. Ils se permettent tout !
Ils lancent des débats sur des sujets étranges ou choquants, courent après des idéaux irréalistes, changent régulièrement de point de vue…

Heureusement que des personnes responsables telles que vous repassent derrière eux pour corriger leurs négligences, reposer un cadre et rappeler où sont les limites… Vous vous demandez à quoi servent les écarts conceptuels des ENTP et ENFP, étant donné que les choses ont toujours fonctionné à merveille avec vos méthodes bien rodées.

Votre façon de penser est particulièrement visible dans le milieu scolaire, où l’on compte énormément de professeurs de type ISFJ et ISTJ. Quoi de plus agaçant, quand on tente d’enseigner un programme à sa classe, qu’un élève Ne-dom qui passe son temps à rêvasser, poser des questions (dont la moitié sont hors-sujet) et remettre en cause la pertinence du cours !

Cette description est susceptible de parler aux ESFJ et aux ESTJ, à moindre intensité.

Intuition introvertie (Ni) dominante : INTJ et INFJ

Les INTJ et INFJ sont les types les moins connectés à leur environnement. Le monde physique leur paraît souvent étrange et un peu effrayant. Ils se sentent mieux en étant absorbés par leurs réflexions, s’enfonçant de plus en plus au cœur du sujet qui les captive.

Vous, Ni-dom, êtes très vulnérable à tout ce qui vous connecte de force à l’extérieur. Vous abhorrez les petites tâches concrètes, les imprévus, les stimuli intrusifs… Bref, tout ce qui vous empêche de laisser votre corps en pilote automatique, tandis que vous voyagez à l’intérieur de votre univers mental.

D’ailleurs, vous vous demandez comment font la plupart des gens pour supporter l’abondance de stimuli autour d’eux. Les bruits de la ville, la foule, les fêtes endiablées dans le voisinage, les appareils qui tombent en panne, les objets qui glissent et qui tombent… Si vous n’avez pas encore trouvé un moyen de vous exiler dans un lieu dénué de ces perturbations sensorielles, il y a fort à parier que vous en rêvez. 

Les gens qui vous infligent ces désagréments sont de loin ceux que vous supportez le moins : comment peuvent-ils faire autant de bruit, répandre autant de bazar, sans s’inquiéter de déranger les autres ? A ce jeu-là, les ESTP et ESFP sont les pires. Complètement ancrés dans l’environnement, leur voix porte et leurs gestes attirent l’attention. Les Se-dom n’apportent pas le chaos : le chaos, c’est eux !

Impossible de vous réfugier dans votre esprit avec ces énergumènes autour de vous. D’autant plus qu’en général, ils ne peuvent pas s’empêcher d’être intrigués par votre attitude et essayent de vous taquiner. En leur compagnie, vous vous sentez rapidement submergé d’un torrent d’informations concrètes, empêchant votre Ni de s’exprimer. Comment avoir une conversation conceptuelle profonde si, dès que vous commencez à développer votre pensée, votre interlocuteur vous met une tape dans le dos en s’exclamant « Décoince-toi un coup ! ». 

Difficile de faire intégrer à votre Se-dom local que ce tourbillon de stimuli est rarement une source d’amusement pour vous : c’est plutôt le meilleur moyen de vous mettre mal à l’aise et de vous épuiser. Confronté à son incompréhension, vous vous dites que la vie serait décidement plus simple si l’on respectait votre fort besoin de tranquillité. Vous regrettez parfois de vivre dans un monde si porté sur les apparences et l’instantanéité, alors qu’il y a tellement de choses à creuser sous la surface, lorsqu’on prend le temps…

Cette description peut également concerner, dans une moindre mesure, les types ENFJ et ENTJ.

les types ESTP, ESFP, ENTP, ENFP

Les types avec une fonction d’observation extravertie dominante sont des explorateurs nés. Ils ont soif d’expériences exaltantes (surtout les ESTP et ESFP), d’idées novatrices (surtout les ENTP et ENFP), et accumulent continuellement de nouvelles données en se laissant porter par le courant. Seulement, ils sont confrontés au cours de leur vie à des autorités tentant de limiter leur marge de manœuvre.

Sensation extravertie (Se) dominante : ESTP et ESFP

Les types ESTP et ESFP saisissent les opportunités telles qu’elles se présentent. Ils préfèrent avancer par tâtonnements, en virant de bord en fonction des options du moment, que planifier le futur. En tant qu’ESFP ou ESTP, les ennuis que vous vous attirez en fonçant tête baissée sont généralement compensés par vos talents d’improvisation…

Pour vous, une vie épanouissante, c’est avant tout une succession de défis excitants, mettant en lumière votre faculté à exploiter votre environnement de façon astucieuse. 

Malheureusement, impossible de communiquer votre enthousiasme à certains rabat-joie, en particulier ceux qu’on pourrait qualifier « d’intellos mystiques ». Pendant que vous réglez les problèmes en agissant et en passant à autre chose, ces satanés Ni-dom restent assis, emmitouflés dans leur rigidité mentale et corporelle. Même quand vous proposez des activités plaisantes, les INTJ et INFJ se débrouillent pour ne pas participer, car ils sont trop occupés à se noyer dans les abysses de réflexions ultra-abstraites (dont ils sont les seuls à connaître l’utilité, au passage).

Non seulement vos efforts pour les décoincer sont vains, mais en plus, ils ont l’air de vous juger du haut de leur érudition. A croire qu’ils se sentent trop élevés pour votre partie de foot improvisée ou votre stage de jardinage. En attendant, ils seraient les premiers à succomber en cas de catastrophe, avec un tel manque de réactivité et de débrouillardise…. Un comble que vous remarquiez ceci et pas eux, alors qu’ils vous jettent constamment leur divin Ni à la figure !

Une deuxième chose vous met mal à l’aise en présence des INTJ et INFJ : leur aisance vis-à-vis des prédictions, des symboles et autres éléments sibyllins. Si cet univers peut vous fasciner, vous y percevez surtout un danger. Vous misez un maximum sur votre réactivité afin d’éviter de trop songer à l’avenir, car celui-ci vous semble obscur. Par leur simple manière d’être, les Ni-dom vous enferment dans une vision figée du futur, vous rappelant que vos actions ont des conséquences et que vous devrez assumer vos choix au bout du compte.

Cette description est valable dans une moindre mesure pour les types ISTP et ISFP.

Intuition extravertie (Ne) dominante : ENTP et ENFP

Les types ENTP et ENFP vivent dans un monde de réflexions abstraites et de possibilités. Ils envisagent de nombreuses voies possibles (pour leur propre avenir, pour la société…) et essayent d’explorer celles qui les motivent le plus.

Souples et adaptables, comme leurs cousins sensitifs, ils ne craignent pas de changer de cap en fonction des nouveaux éléments croisant leur chemin. En tant que Ne-dom, il est fort probable que vous ayez déjà souhaité exercer de nombreux métiers ! Ce qui est certain, c’est qu’une vie au rythme métro-boulot-dodo dans une entreprise plan-plan serait la pire chose qui puisse vous arriver. Manque de bol, le monde est rempli d’ISTJ et d’ISFJ, ces personnes qui vous ramènent à la dure réalité…

Vous vivez dans un monde régi par des traditions dépassées, des règles infondées et des limites absurdes. Alors que vous avez une personnalité originale, des intérêts multiples, et un désir d’aller chercher des solutions là où personne n’y avait songé auparavant, les Si-dom s’acharnent contre vous. A travers leurs petites remarques, ils vous coupent les ailes et vous clouent les pieds au sol. « Vous êtes inconstant et dissipé », « Il va falloir redescendre sur terre et penser à votre avenir », vous ont-ils répété durant votre enfance…

L’avenir, sérieusement ? Vous y pensez tout le temps ! Et vous êtes sûr d’une chose : l’avenir est fait de changements. Un monde dont on n’ose pas remettre en question ses fondations est un monde qui ne grandit jamais. Il serait temps que ces Si-dom crispés s’en rendent compte. 

Un autre aspect des types ISTJ et ISFJ a le don de vous déranger : dans leur façon d’être, ils vous renvoient à votre propre incapacité à prendre des décisions rapides et durables. Les hauts utilisateurs de Si vous rappellent que la société est taillée par eux et pour eux, ce qui, par effet balancier, la rend si inhospitalière pour vous.

Les types INTP et INFP pourront se reconnaître partiellement dans cette description.

LE MONDE SERAIT-IL PARFAIT SANS VOS TORTIONNAIRES ?

Malgré les désagréments causés par nos types opposés, force est d’admettre qu’ils sont également une source d’enrichissement. Ils nous empêchent de nous vautrer dans nos excès et nous invitent à équilibrer davantage nos fonctions.

Dans un monde composé exclusivement de types IxxJ, les citoyens vivraient dans un cadre stable et sécurisé, où l’on valoriserait l’approfondissement des compétences. Toutefois, les gens passeraient leur temps à ressasser toujours les mêmes choses, sans oser explorer d’autres voies. Les innovations seraient beaucoup plus rares et la population montrerait les dents à chaque proposition de changement. Bon, c’est déjà le cas dans notre réalité : seulement, cette fois-ci, il n’y aurait presque personne pour faire contrepoids.

Même si les INTJ et INFJ sont de type N (ce qui est souvent associé à la recherche de nouvelles approches), ils sont généralement peu intéressés par l’exploration transversale : autrement dit, plutôt que de chercher plein d’idées encore jamais vues, ils vont creuser la même idée pendant de longues années, jusqu’à la réinventer. Sans les types ExxP pour équilibrer la mise, le monde serait quasi-figé dans le temps, les gens frileux devant l’Eternel et la vie sans doute bien monotone.

A l’inverse, un monde peuplé exclusivement de types ExxP serait aussi instable que rempli de surprises. On y valoriserait la polyvalence et l’apprentissage sur le tas. Il n’y aurait probablement aucune structure étatique tenant debout. Chacun se débrouillerait donc pour survivre, à coup de système D et d’idées extravagantes. La majorité des projets lancés n’arriveraient pas à leur terme, sauf en cas de nécessité absolue.
En effet, en l’absence totale de cadre, les initiateurs passeraient à un autre projet dès les premiers signes de lassitude. (Etant plus intéressés par l’excitation de la nouveauté que par le résultat du travail.) Bref, la vie serait peut-être plus exaltante, mais le besoin de l’énergie complémentaire se ferait tout autant ressentir.

Ce sera tout pour cette première partie. Rendez-vous dans deux semaines pour parler des 8 types restant !

La Chouette

DES QUESTIONS ?

La Chouette répond à vos commentaires pendant 1 semaine.

être informé.e des publications + autres avantages

Abonnez-vous aux emails Avantages

de quoi avez-vous besoin maintenant ?

12 réflexions sur “MBTI : LE CAUCHEMAR DES 16 TYPES DE PERSONNALITÉ – Partie 1”

  1. Merci pour cet article.

    J’adore votre travail, ça m’aide beaucoup à comprendre les autres, et surtout moi même.

    Je suis ENTP, donc je suis comme vous nous avez décrit, mais attention, bien qu’aimant les nouvelles idées, les nouveaux projets, et préférant être à l’impulsion qu’à la finalisation, je suis tout à fait capable de mener un projet qui me tient à coeur, surtout s’il est bénéfique pour la société.

    Je suis 8w7 (ou 7w8 car les deux me correspondent quasiment à 50%), et je pense que c’est ce qui m’aide à tempérer mon côté aventurier qui ne finit pas toujours ce qu’il commence…

    Excellente continuation, au plaisir de vous lire !

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Hello Oumjoujou, merci pour votre commentaire !

      Les profils sont décrits suivant leurs préférences naturelles, mais il est certain que l’acquisition de maturité par un travail sur soi permet de mieux faire face à nos défis, heureusement 🙂

  2. Salutations, compagne de la sage Minerve, et à l’hôte de ces lieux bien sûr. Merci pour ce nouveau billet de qualité et à l’angle original. Je me permets ici d’étendre mon remerciement aux textes du blog La Chouette (celui-ci étant désormais fermé aux commentaires) que j’ai découvert récemment. La somme d’informations agrémentée d’expériences personnelles, et servie par une écriture dynamique, est un vrai régal.
    Intello mystique, je ne peux que confirmer le phénomène de fascination/ répulsion envers mes némésis. Le plus souvent ils sont un cauchemar. Mais parfois, enfin en de rares occasions, je les vois comme des merveilles étranges. (Une parmi mes proches a pour devise un truc tiré d’un film avec Jim Carrey : « Say yes to anything ! » Cela lui va très bien, pour moi c’est de la science-fiction…) Leur aisance au quotidien, la façon dont ils habitent le présent, leur capacité à en extraire le jus. Je les voie en modèle pour développer mon Se, tout en ayant bien à l’esprit que certains exploits doivent rester l’apanage de ces professionnels. Et eux viennent me raconter leurs problèmes quand ils me considèrent positivement, sollicitent mon avis comme si j’étais un maître zen, considérant les yeux plein d’admiration mes silences pour réfléchir avant de parler.

  3. Nimod Jérôme

    Merci pour votre article, c’est un régal. J’aime beaucoup la synergie de votre collaboration.
    Pour ma part je suis ISFJ homme 40 ans et ma femme ENFP. Le MBTI et votre travail pédagogique m’a permis enfin de dire c’était donc cela ! notamment tout ce qui est de l’ordre du rangement et de la routine. 🙂

    On est en couple depuis plus de 20 ans et comme vous dite son « Ne » me dérange autant qu’il me fascine. Tout ce que je vais dire après est la compréhension de qq fraichement sensibilisé au MBTI.

    J’ai un frère ENFP également et bizarrement, il y a certaine choses de l’ordre du souvenir qui me font aimé leur fonctionnement.

    Ex moi si ordonné à la maison n’est pas du tout gêné de laisser ma voiture en chantier parce que ça me rappelle mon frère et tout une période où l’on discutait dans sa voiture tout en pagaille.

    C’est comme si mon « Si » me disait c’est le bordel mais c pas grave tu te reconnecte à ce souvenir agréable.

    Je découvre mon Ne en ce moment par ma capacité à spontanément faire de l’humour absurde. Ca a tjrs été mais je ne savais pas que c’était cela. Pour casser la routine c’est pas encore gagné.
    On a convenu ensemble On va s’aider l’un l’autre à développer nos fonction inférieure. Et je me dis de plus en plus cela, j’essaye de voir mes fonctions manquantes chez moi comme des outils de partage que je peux trouver chez les autres et inversement.

    Est ce que l’ISFJ aurait la possibilité en quelque sorte de hacker son cerveau pour mieux avaler la pilule du changement ?

    Je m’explique : Dans l’exemple de la voiture, le désordre est vu comme agréable.
    Pour Mon frère et ma femme depuis le temps, ils ont laissé une empreinte positive sur moi par leur non conformisme et la vie qu’il dégage par leur envie de changement qui m’est agréable. S’il n’était pas là je me retrouve avec mon SI. Alors je suis content un moment mais une fois tout rangé et à sa place, mon énergie d’introverti rechargé, c’est le vide. Et voilà mon Ne enfant de 3ans qui se met à hurler.
    Le hack pour moi serai : sélectionne et connecte toi au bon souvenirs (Si) que tu as eu avec les ENFP, ou ils ont réussi à te faire sortir de ta routine.et du coup en faire quelques choses de plus fréquent à renforcer.  » c’est du changement mais c’est pas grave, rappelle toi toute les fois où tu en as eu un gain »

    En gros est ce qu’ à force de se confronter au changement ça devient pas une routine et on ressort équilibré. Comme de la musculation.

    Je profite de l’aubaine pour quelques questions :

    – Peut on se connecter volontairement à une fonction pour disons la muscler ? Pour moi je dirai utiliser mon imagination.

    – Dès que je peux j’adore me nourrir de vidéos de développement personnel, creuser autour d’un même sujet, je réfléchis en permanence. Ca fait parti du package « Si » ? Les tests me donnent à chaque fois ISFJ.Je suis bien orienté présent/passé et pas futur.

    – Peut on avoir accès à ses fonction ombres ? J’ai mon Ni en 8ème, ça à l’air super intéressant mais semble donc pas accessible.

    – Une pathologie psychiatrique peut elle compliquer et/ou fausser un typage ? Existe t’il des personnes intypable ? Je pense par exemple à la schizophrénie.

    – A l’inverse une pathologie mentale rencontre t’elle tjrs le même type MBTI : Ex perversion narcissique que je relierai à ENTJ

    – Si vous vous lancez dans des formation MBTI approfondi je serai partant. J’ai fait 13 jours pour comprendre, ça m’a bien fait avancé et je serai demandeur d’explorer encore.

    MERCI, en tant qu’introverti vous m’avez fait un bien fou avec vos partages vraiment.

    Jérôme (nom de scène, 😉 )

    PS : Et là je me relis, et je me dis bon ok, je veux bien changer des trucs tant que ça implique pas de voir du monde que je connais pas ! 🙂

    1. Bonjour Jérôme !

      Merci pour votre retour. C’est intéressant ce que vous dites sur le fait que vous appréciez certaines formes de désordre, car cela vous rappelle des choses familières et agréables.

      C’est vrai qu’on a tendance à associer Si avec l’ordre (en contraste avec Ne ou Se, qui seraient plutôt bordéliques), mais en fait, un SJ ayant été habitué à du désordre pourra très bien intégrer cela dans sa fonction Si. Il y a des SJ qui mènent des vies mouvementées et assez imprésivibles (par exemple, sur un bateau, dans un cirque…), tout en restant en accord avec leur Si ! Car c’est à ça qu’ils sont habitués depuis tout petits : de leur point de vue, c’est ce mode de vie qui est ordonné et sécurisant.

      Et je pense que la clé pour atteindre Ne est là-dedans ! Se forcer à se connecter à sa fonction inférieure fonctionne assez mal, d’après mon expérience.

      Comme c’est très épuisant, ça ne peut se faire que de temps à autre, par petites doses. Par contre, on peut se connecter à sa fonction inférieure de manière plus stable en passant par sa dominante. Si votre fonction Si s’habitue à cotoyer des éléments Ne, petit à petit, Ne va lui sembler familier et rassurant.

      Mais ça, c’est très progressif, c’est le travail d’une vie ! 🙂 En ayant un couple Si-dom/Ne-dom, vous avez un énorme potentiel d’enrichissement mutuel !

      1. Nimod Jérôme

        Merci bcp la Chouette !

        Je vais continuer à explorer tout cela.

        Avec le MBTI, je prend conscience que personne n’est supérieur, on a besoin de tout le monde !

        J’avais aussi mes questions hors sujet, si une fois vous ouvrez un espace pour y répondre je serai intéressé.

        Plein de bonnes choses à vous

        Jérôme

    2. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Merci pour votre commentaire Jérôme, pour compléter sur vos autres questions :

      Fonctions de l’ombre : mon point de vue personnel à ce sujet ne rejoint pas la théorie habituelle créée par John Beebe, et que l’on trouve un peu partout. En partant de mes observations, j’arrive à d’autres conclusions, que j’ai partagées dans l’article Le test des 12 archétypes.

      Pathologies : je ne préfère pas m’avancer sur ces points, car je ne suis pas du tout une spécialiste des pathologies de la personnalité. Je vais me contenter d’exprimer un avis personnel, qui est donc à prendre avec réserve : j’ai tendance à penser qu’une pathologie psychiatrique pourrait effectivement rendre le typage plus complexe, oui. En revanche, je serais très étonnée qu’une même pathologie soit toujours associée à un seul type de personnalité.

      Formation approfondie : si vous le souhaitez, contactez-moi par email pour préciser ce que vous aimeriez explorer, afin que j’évalue les possibilités.

      Bonne soirée 🙂

    3. Je pense par exemple à la schizophrénie.

      Le cliché populaire au sujet des schizos c’est quand même INFP, le mec « désocialisé », « replié sur lui-même », qui pense trop, désorganisé/bordélique etc. avec un certain manque de logique et un intérêt typiquement « F » pour tout ce qui est mystique et irrationnel.

      Après peut-être que la réalité statistique est légèrement différente, j’en sais rien.

  4. Article sympa !
    Les ENFP sont des gens qui décident toujours au dernier moment de changer les plans pour adopter pile le scénario qu’on redoutait le plus à tel point qu’on leur rappelait régulièrement que c’était impossible pour x raison (mais ils maintiennent qu’on a jamais dit ça). Et parfois ils ont des chiens qui viennent te baver dessus la nuit.
    Ce sont des défauts particulièrement atroces mais en même temps totalement insignifiants au regard de ce que je considère comme vraiment essentiel. Ce qui explique que je m’en coltine toujours plein dans mon entourage proche.

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Les ENFP sont des personnes pleines de ressources et de surprises ^^
      Merci pour ton commentaire Pilea

  5. Bonjour
    Article intéressant. Il m’apporte une information pour m’aider à identifié les types des personnes que je fréquente. Et j’ai un collègue qui n’arrête pas de me demandé de me « décoincer ». Nos rapport ressemble à cette confrontation Ni-dom / Se-dom que tu décris.
    Merci pour ton article.
    Elodie

Répondre à La Chouette Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont soumis à modération 

Les emails de PsychoPersonnalité

  • Mes réponses aux questions des abonné.e.s
  • Des sondages
  • Des offres privées
  • Des invitations à témoigner 
  • Les actualités des publications 

Votre email reste confidentiel (loi GDPR)
Désinscription en 1 clic à tout moment

What's the password?

Login to your account