3 TUYAUX POUR AIDER UN/E ISFJ

Comment aider un/e ISFJ ?
(surtout quand on est un type NF et qu’on veut aider tout le monde parce que c’est ça, le sens de notre vie)

ON CONNAÎT TOUS UN/E ISFJ

C’est le type de personnalité le plus fréquent.

C’est votre maman, votre soeur, votre grand-père, votre partenaire de vie, votre collègue, votre voisine, votre meilleur ami,… 

Il y a toujours un/e ISFJ pas très loin de vous. 

Vous ne voyez toujours pas ?

Si, regardez bien, c’est la personne qui :

  • vous prépare un bon repas, mais qui trouve qu’elle a mieux réussi ce plat la dernière fois
     
  • retient toutes les dates d’anniversaire et n’oublie jamais d’offrir une petite attention
     
  • est toujours discrète, humble et modeste parce qu’elle ne se sent pas légitime pour donner son avis
     
  • trouve LE détail décoratif qui va transformer votre bête table de Noël en véritable oeuvre d’art
     
  • vous ouvre les portes de son cocon confortable et rassurant si vous êtes digne de sa confiance
     
  • prend soin de ses proches avant tout autre chose
     

Ça y est ? Vous avez identifié “votre” ISFJ à  vous ?

ENTRE LE PLUS RARE ET LE PLUS FRÉQUENT

En tant qu’INFJ, j’ai de bonnes affinités avec les types ISFJ. 

On se ressemble pas mal sur certains points, par exemple :

  • notre besoin de sécurité
    (même s’il est un peu plus matériel pour les ISFJ) 
  • notre volonté de maîtriser notre environnement 
  • notre aversion pour les imprévus 
  • notre dévouement pour les autres 

Parfois, je me dis que le type INFJ est juste la version abstraite du type ISFJ après tout  🙂

C’est amusant quand on y pense, cette simple distinction sépare le type le plus rare du type le plus fréquent.

Nos tempéraments sont différents, aussi :

  • Gardien pour l’ISFJ 
  • Idéaliste pour l’INFJ 

Et ça, mine de rien, ça peut poser problème dans certaines situations.
J’y reviens dans un moment.

THE DARK SIDE OF THE ISFJ

Bon oui, j’adore les ISFJ, c’est la gentillesse et la bonté incarnées.
Mais malgré cela, comme tout le monde, les ISFJ ont aussi leurs zones d’ombres.

Si vous n’aviez toujours pas repéré votre ISFJ à vous, peut-être que la suite vous aidera.

Car l’ISFJ, parfois, c’est aussi la personne qui :

  • se plaint d’être seule mais qui continue à passer tout son temps libre devant des séries plutôt que d’aller à la rencontre des autres
  • croit qu’elle est juste victime d’une sacrée poisse et que les autres ont beaucoup plus de chance dans leur vie
  • est coincée dans une boucle de vie super désagréable qui se répète encore et encore, sans tenter le moindre truc un tant soi peu différent pour en sortir
  • vous trouve un million d’excuses (un réservoir sans fin, c’est impressionnant !), souvent irrationnelles, pour justifier que non, elle ne peut pas entreprendre telle démarche maintenant
  • rejette toutes les solutions que vous lui proposez pour l’aider (raison: voir point précédent) 
  • vous dit : “C’est comme ça, je n’ai pas le choix” ou “Il n’y a pas d’autre solution” (alors que vous venez de lui en suggérer au moins 3 dans le point précédent) 

Bon.

Si l’ISFJ en question est une personne lambda, vous êtes bien désolé mais après tout, ce sont ses choix.

Mais là où ça fait mal aux yeux (et au coeur), c’est quand l’ISFJ en question est une personne que vous aimez.

Non ?

SUPER-HÉROS vs STATUE AUX PIEDS DE PLOMB

Généralement, c’est là que vous, Idéaliste en puissance, vous enfilez votre panoplie chatoyante du super-héros qui va sauver tout le monde. Les lettres NF brillent sur votre torse bombé.

Le problème, je viens de vous le dire : l’ISFJ ne veut pas de votre aide. C’est clair ?

(D’ailleurs la preuve : il/elle ne vous a pas demandé explicitement de l’aider)

Oui : aïe.

Vous savez pourquoi l’ISFJ ne veut pas de votre aide ?

Parce son tempérament est : Gardien

Et que veut le tempérament Gardien ?
Il veut garder (conserver) ce qui est connu.

Tout ce qui est nouveau est juste… terrifiant.

Vos solutions d’Idéaliste sont terrifiantes.
Si je vous assure, elles le sont.

Parce qu’elles viennent bousculer le quotidien bien huilé du Gardien.
Ses habitudes. Ses certitudes. 

Alors, même si l’ISFJ se plaint de sa vie et de tout ce qui ne va pas, il/elle choisira le plus souvent de rester dans cette situation qu’il/elle connaît.

C’est la force la plus suprême de l’inertie. Statue aux pieds de plomb.

Parce qu’à ses yeux, l’inconfort sera toujours moins effrayant que l’incertain.

l'isfj au rayon x

Vous me suivez un peu plus loin dans l’analyse ?

Mesdames et Messieurs, laissez-moi vous présenter la toute première fonction cognitive préférée de l’ISFJ, j’ai nommé : la sensation introvertie.

En 2 mots, que veut la sensation introvertie ?

Être rassurée.

Qu’est-ce qui rassure la sensation introvertie ?

  • Tout ce qui est familier, déjà connu : les objets, les personnes, les lieux, les méthodes de travail… 
  • Tout ce qui est prévisible : ça s’est passé comme ça auparavant, ça devrait se passer comme ça maintenant 
  • Tout ce qui fait figure d’autorité : un diplôme, un uniforme, les personnes “légitimes”, une marque,… 
  • La preuve sociale : si la majorité des gens fait comme ça, alors on devrait faire comme ça 

La sensation introvertie est la fonction la plus tournée vers le passé:  

  • Quelque chose qui a déjà fait ses preuves a plus de valeur que quelque chose dont on n’a jamais entendu parler 
  • C’était mieux avant“, “C’était l’époque de l’insouciance“, “C’était le bon vieux temps“, “Avant, il y avait encore de vrais chanteurs“, etc. –> les expressions qui vous mettent sur la piste de la sensation introvertie 

À présent, jetons un coup d’oeil à la fonction “contraire” (et donc complémentaire) à la sensation introvertie : l’intuition extravertie.

Chez l’ISFJ, l’intuition extravertie est le point faible.
La fonction la moins développée.

Que veut l’intuition extravertie ?

Découvrir du nouveau. Tout le temps. Sans relâche. Never stop.

De nouvelles informations. De nouvelles idées. À combiner pour créer toujours plus de nouveauté.

Élargir le champ de vision. Ouvrir les possibilités.

En bref : tout ce que l’ISFJ rejette parce que ça lui fait beaucoup trop peur.

Sur la Roue des Priorités™ (pour les fans hardcore):

  • La sensation introvertie cherche à satisfaire un besoin de sécurité 
  • L’intuition extravertie est motivée par un besoin de stimulation

–> 2 besoins antagonistes. Vous voyez le conflit ?

Maintenant vous comprenez pourquoi vous et vos idées d’Idéaliste, ben euh… ça va pas le faire avec votre ISFJ.

C’est d’autant plus difficile à admettre quand on est INFP ou ENFPcar l’intuition extravertie est une préférence marquée chez ces 2 types.

Si vous êtes ENFP et que vous avez déjà tenté d’aider votre maman ISFJ, vous voyez de quoi je parle en terme d’incompréhension…

du coup, comment aider un/e isfj qu'on aime ?

(Les autres peuvent aller voir un psy après tout)

Qu’avez-vous envie de faire spontanément lorsque vous voyez votre ISFJ malheureux/se dans sa situation ?

  • Le/la bombarder encore et encore des dernières bonnes idées que vous venez de trouver?  
     
  • Le/la secouer une bonne fois pour le/la faire bouger ?
     
  • Essayer de lui expliquer de manière rationnelle que c’est la meilleure chose à faire maintenant ?
     
  • Lui offrir des bouquins de développement personnel dans l’espoir de provoquer des éclairs de conscience ? 
     
  • Lui offrir une séance chez un psy, un sophrologue ou même un séjour bien-être & relaxation ?
     

Vous avez déjà essayé une ou plusieurs de ces options n’est-ce pas ?

Laissez-moi deviner : ça n’a pas fonctionné.

Vos idées ont été rejetées les unes après les autres à grand renfort d’arguments irrationnels, et les livres de développement personnel ou le bon pour une séance bien-être prennent la poussière dans un coin.

Et qu’avez-vous ressenti ?
 
De l’impuissance.
Du découragement.
De la tristesse.

C’est ça ?

du coup, comment aider efficacement un/e isfj qu'on aime ?

3 tuyaux :

1. Respecter le besoin de sécurité de votre ISFJ

N’oubliez pas qu’on parle de fonctionnement cérébral. La personne ne fait pas exprès de refuser la nouveauté juste pour vous contrarier. Il s’agit d’un type de fonctionnement bien ancré dans nos gènes, qui consiste à éviter le danger.

Chez les types de personnalité avec la sensation introvertie en préférence, cet évitement du danger est plus marqué que chez d’autres types.

2. Aider l’ISFJ à utiliser sa fonction faible (l’intuition extravertie)

Attention : douceur et subtilité demandées.
Pensez à vous et à votre point faible : aimeriez-vous que quelqu’un vous force sans pitié à utiliser vos points faibles, là où vous vous sentez le plus mal à l’aise ?
On est d’accord.

Donc : l’idée ici est d’encourager votre ISFJ à utiliser son imaginaire.

Gardez à l’esprit que même si c’est super facile pour vous (trouver des idées, imaginer des scénarios, être créatif,…), ce n’est pas la même chose pour tout le monde.

Pour réaliser cela, remplacez vos propositions de solutions par des questions.

Plutôt que de dire :

Tu pourrais faire telle chose pour améliorer ta situation“, dites :

Que pourrais-tu faire pour améliorer ta situation ?”

Autres exemples de questions qui peuvent stimuler l’imaginaire :

Que se passerait-il si tu faisais ceci plutôt que cela ?”
Imagine si xxx, qu’est-ce que ça pourrait changer à ton avis ?
Dans ton idéal, les choses se passeraient comment si tu avais le choix ?

Je vous préviens : vous allez d’abord vous heurter à des “Je ne sais pas“, “Aucune idée…“, etc.

D’où l’intérêt du tuyau 3.

3. Vous armer de patience

La sensation introvertie a besoin de temps pour se familiariser avec une nouvelle information.
Il paraît que cette notion de familiarisation vient après avoir été exposé 7 fois à une même information (je ne peux pas vous citer la source, je l’ai oubliée).

Alors, si vous voulez inciter votre ISFJ à se familiariser avec une nouvelle idée, parlez-en plusieurs fois, sur plusieurs jours / semaines.
Et laissez-lui le temps de s’habituer. 

Vous verrez, un jour, votre ISFJ vous parlera de cette idée avec conviction, en oubliant même que cette idée vient de vous…
= le processus de familiarisation a opéré

être idéaliste sans s'épuiser

Vouloir aider les autres, quelle belle cause.
Ce n’est pas moi qui vais vous dire le contraire…

Mais si vous voulez réellement aider les gens, le minimum, c’est de bien comprendre leur mode de fonctionnement !
Sinon, épuisement garanti.

Vous pouvez dépenser une tonne d’énergie et de bonne volonté, ce sera du pur gaspillage si vous ne comprenez pas les motivations ou les peurs de la personne que vous souhaitez tellement aider.

Le burn out n’est pas loin…

La théorie des fonctions cognitives est une ressource premium pour décrypter les fonctionnements.

Je sais qu’il n’est pas évident de s’y retrouver au début. Il faut collecter des infos à gauche, à droite, comprendre, faire le tri, combiner, structurer, construire une méthode. Oui, du boulot et du temps tout ça!

Pour vous faciliter la vie et vous aider à toujours mieux comprendre le fonctionnement humain, je vous propose des articles sur ce blog, ainsi que des vidéos sur la chaîne YouTube.

Si mon travail vous est utile, vous pouvez vous m’aider vous aussi. Par un commentaire sous les articles ou sous les vidéos, par des partages, et par un abonnement à la chaîne YouTube.

Merci 🙂

p.s. : si vous voulez créer votre activité pour aider les gens à titre professionnel, j’ai encore ce cadeau pour vous : le Parcours Entrepreneur (gratuit), 7 emails pour mieux comprendre votre profil d’entrepreneur (vos points forts / vos points faibles)

9 réflexions sur “Types NF: 3 tuyaux pour aider un-e ISFJ”

  1. Bonjour Fabienne

    Merci beaucoup d’avoir écrit cet article très intéressant et si bien mis en forme. Votre style d’écriture m’a particulièrement plu aussi. Vous avez mis des mots simples et clairs sur des choses qui me paraissaient dur à expliquer. Ça m’a aidé un peu plus à me comprendre et ça m’aidera à mieux exprimer mes ressentis auprès de mes proches (notamment auprès de mon compagnon et de ma belle-famille qui, par exemple, ne comprennent pas à quel point j’ai peur d’entrer dans le monde du travail).

    Je pense avoir une personnalité ISFJ. Malgré le résultat au mbti test qui le confirme, je n’en étais pas sûre à 100%. Maintenant oui, je me reconnais dans tous les exemples (qualités comme défauts) que vous avez cités. Merci à l’ami Google qui m’a menée ici.

    Si j’ai commencé à m’interesser à tout ceci autour du mbti test, c’est à cause de ma récente recherche d’amitié. Pour faciliter ma quête, j’ai voulu mieux me cerner pour savoir ce que je pouvais rechercher chez les autres et qu’est-ce que je pouvais leur apporter.
    D’ailleurs, le passage de votre article sur votre compatibilité avec les ISFJ m’a rassurée sur le fait que l’on peut avoir des personnalités différentes et s’entendre quand même profondément sur certains points avec les autres profils.

    En dehors de la famille, je suis socialement repliée sur moi-même. Mon inscription sur deux applications mobiles de rencontres spécialisées (jeux vidéo et culture) m’a permis d’avoir un contact virtuel avec des personnes aux même centres d’intérêts que moi, mais je commence à me demander si c’était une bonne idée. Les demandes d’échanges sont plus nombreuses que je l’avais imaginé et je commence à stresser plus et je m’interroge sur “Est-ce que j’avais vraiment envie/besoin de me faire des amis ?”. Le temps que je dois leur consacrer pour établir le lien qui me fait tant rêver, je ne sais pas si je suis finalement prête à le trouver. Cependant, je ne regrette pas totalement ma prise de “risque”, j’ai fait au moins une très bonne rencontre (l’alchimie émotionnelle a été immédiate et naturelle), et ça m’encourage à ne pas laisser tout tomber pour le moment.

    Désolé d’avoir exposé mon cas avec un si gros pavé
    Cet article m’a convaincue d’aller lire tous les autres articles de votre blog
    Bonne continuation !

  2. Bonjour Fabienne,

    Merci pour ces précieuses informations. Je me suis totalement reconnu en tant qu ISFJ.

    D un côté ça m’a soulagé et explique bcp de choses notamment tout le côté prudence excessive et peur du changement. Et aussi les impasses de vie négative qui valent mieux qu’une nouveauté effrayante.

    De l’autre ça fait peur d’être autant repéré, impression d’être formaté à fonctionner naturellement comme cela. Ca me met la rage, comme envie de faire mentir le MBTI !

    Ma femme est elle ENFP. On se rejoint sur les sentiments, notre engagement auprès des autres et depuis plus de 20 ans je l’aide à compenser dans son SI et elle dans mon Ne ! Je pense que j’admire chez elle tout ce que je ne suis pas. J’aurai tellement plus l’impression d’être vivant si je voyais du monde, si j’étais moins dans le contrôle, et plus instinctif.

    Juste ajouter pour moi la honte depuis toujours dans ce monde d’extraverti de ne pas être au niveau. comme si c’était eux qui était vivant et moi éteint. Les relations sociales me font envie et à la fois m’effraie, peur d’être envahi. Petit à petit grâce au MBTI je découvre que je ne suis pas seul cognitivement câblé comme cela.

    Je ne sais pas si je dois m’accepter en tant que tel ou poursuivre ce qui semble impossible, changer de type !

    Très intéressant votre article en tout cas. Merci pour votre partage. Je vais continuer à me renseigner sur ce sujet.

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Bonjour Jérôme,

      Merci beaucoup pour votre commentaire.
      Oui vous avez raison, nous avons tous tendance à fonctionner selon des automatismes. Rassurez-vous, vous êtes loin d’être le seul. C’est d’ailleurs là toute l’utilité des modèles de compréhension de la personnalité, tel que le MBTI : détecter ces automatismes, garder ceux qui nous rendent service, et essayer d’être un peu moins dominés par ceux qui nous piègent.

      Vous savez, les personnes qui s’intéressent à ces principes sont plutôt rares en définitive. Regardez autour de vous, vous verrez majoritairement des gens qui ne sont absolument pas conscients de leurs automatismes. Tout ça pour vous dire que si vous êtes ici aujourd’hui (sur ce blog), c’est que vous êtes déjà une étape plus loin que la plupart des gens. J’en déduis que vous avez cette capacité à avancer et à sortir des impasses.

      Chaque type de personnalité a ses combats qui lui sont propres. Quand on est introverti, on peut effectivement envier l’aisance ou l’énergie des extravertis. Mais soyez certain que personne n’est épargné par les défis, pas même les ENFP qui ont pourtant de l’enthousiasme et de l’optimisme à revendre 🙂 Par ailleurs, vous avez très bien identifié que vous pouvez vous équilibrer l’un l’autre dans votre couple.

      C’est un excellent exemple pour vous rappeler que votre type de personnalité a aussi de grandes qualités, telles qu’apporter un cadre rassurant, un environnement reposant, une stabilité, une fiabilité, etc. Ce n’est pas rien ! Des personnes ont besoin de cela.

      Devez-vous vous accepter ? Bien sûr que oui, et par-dessus tout : vous respecter. Respecter notamment votre énergie et vos limites.
      Changer de type, oui, c’est impossible, et de toute façon, ça vous mènerait vers d’autres problématiques à résoudre. En revanche, ce que vous pouvez faire, c’est équilibrer votre personnalité en prenant soin de votre fonction inférieure par exemple (Ne).

      La règle quand on veut exercer ses fonctions plus faibles : le faire dans un cadre sécurisant, à l’abri des regards ou en compagnie de personnes encourageantes et bienveillantes, avec qui vous vous sentez en confiance. Choisissez aussi une activité dont l’enjeu n’est pas très important si vous commettez des maladresses (par exemple : un loisir, un jeu, etc. où vous pourrez laisser s’exprimer toute la créativité débridée de ce petit Ne qui ne demande qu’à grandir)

      Il y a ce billet au sujet de la fonction inférieure, je ne sais pas si vous l’avez déjà lu : https://psychopersonnalite.com/1-tuyau-bien-etre-pour-chaque-type-mbti/

      Belles découvertes ! 🙂

      1. Merci Fabienne, oui je l’ai lu également et j’essaye d’introduire de la nouveauté et de faire des trucs un peu sortant de l’ordinaire, les enfants offrent un bon cadre pour cela. Je suis en train de réécouter vos vidéos de youtube. Merci pour votre travail vraiment car je pense que vous mettez des mots juste sur l’introversion.
        Pour ce qui est de vouloir ressembler aux extraverti, je me permet une analyse d’amateur. Est ce que ça serait pas “Fe” qui cherche à me conformer dans ce que je considère comme la norme sociale par hazard ? 🙂
        Et aussi ma passion pour le MBTI enfin pouvoir avoir un semblant de schéma sur mon environnement social qui m’échappais totalement jusqu’alors. “Si” ? 🙂

        Je cherche depuis longtemps à me comprendre mais j’arrivai au bout. La découverte du MBTI a relancé la machine et vous avez été très aidante grâce à vos vidéos sur youtube.

        Merci d’avoir pris le temps de me répondre,

        Jérôme

        1. Allez je craque je me lance dans la formation 13 jours pour comprendre votre personnalité au passage. Sous un autre prénom, jérôme c’est mon nom de scène pour passer incognito,
          😉

          1. Fabienne - PsychoPersonnalité

            Bienvenue Jérôme (“nom de scène” -> 🙂 ) et merci pour votre confiance. En route pour de nouveaux horizons stimulants ! En cas de question au sujet de la formation, n’hésitez pas à me contacter par email.

        2. Fabienne - PsychoPersonnalité

          Votre analyse est un très bon début 🙂
          Le fait de se conformer aux normes sociales implique effectivement Fe, ainsi que Si, fonction sensible aux conventions.
          Fe étant une fonction extravertie, elle vous incite à vouloir créer des connexions avec les gens, et à maintenir des relations harmonieuses.
          Quant à votre passion pour le MBTI, je pense qu’elle a l’avantage de trouver un écho auprès de chacune de vos 4 fonctions : nouveauté stimulante pour Ne, modèle avec des critères précis et des systèmes de classements (Ti), auquel vous pourrez vous référer avec confiance lorsque vous serez familiarisé (Si), et qui vous aidera à mieux comprendre les gens (en plus de vous-même) et à améliorer vos relations (Fe). Le jackpot pour votre profil 😉

  3. Merci pour cet article dans lequel j’ai très bien reconnu ma femme autant dans les qualités que les défauts ^^ et la surprenante capacité à s’approprier des idées que je répète (sans jamais moi même les mettre en oeuvre d’ailleurs). En tant qu’ENTP, je vais garder ça dans un coin de ma tête.

    1. Fabienne - PsychoPersonnalité

      Merci Geoffrey ! La sensation introvertie est donc en position dominante chez votre épouse, et en inférieure pour vous. Inversement, l’intuition extravertie est en position inférieure chez votre épouse, et en dominante pour vous. Ceci représente d’une part une complémentarité, et d’autre part, un beau challenge 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les emails de PsychoPersonnalité

  • Mes réponses aux questions des abonné.e.s
  • Des sondages
  • Des offres privées
  • Des invitations à témoigner 
  • Les actualités des publications 

Votre email reste confidentiel (loi GDPR)
Désinscription en 1 clic à tout moment

What's the password?

Login to your account